EDUCATION...

Se laisser à penser que le malheur n'arrive qu'aux autres est sûrement un refuge pour vivre plus sereinement.

Mais l'accident n’arrive pas seulement sur une piste défoncée du bout du monde,

La violence  ne trouve pas toujours place au cœur de la banlieue déshéritée d'une grande métropole…

 

L'agression de Lionel nous ramène à la dure réalité,

car c'est bien à Provins qu'a eu lieu ce triste fait divers.

Il frappe le monde sportif et plus particulièrement un dirigeant bénévole d'une association provinoise.

Il n'est pas le fait d'une bande de voyous d'un quartier difficile, mais bien l'œuvre d'adolescents provinois, qui ont été adhérents dans plusieurs clubs sportifs de notre ville.

 

Ce terrible événement nous rappelle donc avec violence que l'éducation n'est pas une mince affaire.

Parents, enseignants… dirigeants sportifs, nous ne sommes pas de trop pour mener à bien l'éducation de nos enfants.

 

Ou sont donc passées les valeurs que nous espérons faire passer au travers des activités que nous mettons en place pour les jeunes ?

Ou est le respect de l'autre dans cette agression ?

Ou est le respect de soi dans cette violence extrême perpétrée sous l'emprise de l'alcool ?

 

Si naturellement nous souhaitons tous un rétablissement complet de Lionel,

nous espérons aussi que les différents écrits, les différentes conversations ou réflexions, qui circulent dans le Pays Provinois feront qu'un acte aussi dramatique ne puisse se reproduire chez nous.

 

Car c'est bien un drame, qui vient de se dérouler sous nos fenêtres:

un drame pour Lionel blessé sauvagement, 

un drame pour tout son entourage terriblement affecté par cet acte violent,

un drame aussi pour ses jeunes agresseurs, pas même conscients de la gravité de leurs actes: consommation d'alcool et parfois aussi d'autres produits illicites et des gestes qui peuvent en découler, comme cette agression sauvage.

Un drame également pour les parents des agresseurs, qui doivent chercher la ou les failles dans le parcours éducatif de leurs enfants, failles qui les ont menés à l'acte barbare puis à la punition par privation de liberté.

 

Bien sûr, nous ne baisserons pas les bras,

malgré la tristesse, l'incompréhension, l écœurement, la colère et divers autres sentiments, qui nous animent en ce moment.

Nous continuerons à œuvrer dans le monde sportif en espérant retrouver très vite Lionel  parmi nous, car nous ne serons jamais de trop, dirigeants bénévoles, professionnels sportifs pour mener à bien notre action d'éducation auprès des enfants.

Mais si grandes soient les vertus que l’on prête à la pratique sportive, notre action si dévouée soit elle, ne pourra jamais à elle seule guérir tous les maux et ne restera qu’un complément à l’action éducative familiale.

Retour à l'accueil